• Le Canapé rouge - Michèle Lesbre

     

    rouge.JPGTout au long de son roman, Michèle Lesbre déploie une poésie, un goût de l'ailleurs magnifiques.

     L'auteur sait admirablement nous faire voyager. Cependant, son habitude de marteler le texte de citations, au gré des nombreuses lectures de son personnage, est quelque peu lancinante.

    De plus, Lesbre a l'habitude de parsemer son livre de phrases, certes fort habilement tournées, mais qui respirent le lieu commun, le déjà vu, le réchauffé.

    En parlant d'Igor : "Aujourd'hui encore, je continue de penser qu'il était un guide, un ange discret. N'avez-vous jamais croisé de ces êtres qui semblent ne pas se trouver sur votre chemin par hasard, mais par une sorte d'évidence si bouleversante que votre existence en est subitement transformée ?".

    Attention donc à ne pas sombrer dans une facile et désagréable mièvrerie. Ce que Michèle Lesbre évite de justesse, grâce au charme qu'elle a su conférer à ces deux femmes attachantes, et à ce dénouement aussi beau que tragique.

    Il résulte de ce roman une musique intéressante qui, malgré quelques fausses notes, a la qualité de rester en tête.