livre : Marilyn, Dernières Séances de Michel Schneider

marylin.JPGPassionné par Marilyn, je le suis depuis l’enfance.

D’abord l’image de cette blonde en robe blanche qui vole au dessus d’une bouche de métro, puis quelques films, et enfin sa vie –son insoutenable histoire. Norma Jean Baker, simplement. A la sortie de ce livre, en 2006, j’avais longtemps tourné autour, avant de me résoudre à attendre la sortie en poche. Et puis, il y a quelques semaines, je tombe sur un Folio, dont la couverture était celle d’une femme blonde langoureusement enroulée dans des draps de soie blanc, les yeux mi-clos, la peau pâle. Seules ses lèvres, d’un rose éclatant rends une tache de couleur.

S’il existe la photo noire & blanc, on pourrait inventer pour Marilyn celle blanche et blanche, juste pour elle. Marilyn. Rien que Marilyn. Le livre se découpe en une multitude de chapitres, qui sont autant de flash back sur des lieux, des dates, des histoires. Beaucoup de retour en arrière, d’ellipses, qui servent à merveille ce récit hautement documenté sur la relation ambiguë entretenue en le docteur Greenson et sa plus célèbre patiente, Marilyn. Marilyn le rencontre en janvier 1960 et ne le quittera pas jusqu’à ce jour d’août 1964 où elle trouvera la mort. Entre temps, de nombreuses séances psychiatriques, des tournages de films éprouvant, des amours perdus ou revenants, des photoshoots désabusés, déshabillés, désenchantés. De la tristesse, des cachetons, du glamour et des paillettes, des mensonges et des non-dits. Fort bien écrit, ce roman se lit à une vitesse incroyable malgré ces quelques cinq cent pages.

Au final, on repense à Marilyn. Elle n’était pas folle : la folie n’existe pas. Au contraire, on créé la folie de toute pièce, et on absorbe tout un être pour le rendre prêt à s’écarteler. Pour que quelque chose craque. Quelque chose doit craquer, c’est bien cela. A découvrir, à aimer, à garder profondément dans son esprit. Car Marilyn n’était elle que lorsque Norma Jean le souhaitait, et au fond, bien que perdue, elle savait par avance sa destinée. Inachevée, mais intense.

« Marilyn, Dernières Séances » de Michel Schneider Editions Folio Prix Interallié 2006

Les commentaires sont fermés.