• Le réveil de Marie Pavlenko - suite

    reveil.JPGJ’ai beaucoup aimé l’héroïne et ses réactions. Elle est jeune, mais pas niaise du tout. Au contraire, elle est très naturelle, ce qui la rend crédible et attachante. De plus, Marie Pavlenko l’a doté d’une bonne dose d’humour très agréable. Les autres personnages sont également bien dessinés et complexes. L’auteur joue très bien sur la dualité de leur nature. 
     
    J’ai souvent tendance à reprocher aux auteurs jeunesses, une écriture trop simplette et un style « mâché », où tout est bien expliqué pour que le lecteur n’ait pas trop à réfléchir. À ma grande joie, ce n’est pas le cas ici. L’écriture de Marie Pavlenko est mature, intelligente, précise tout en restant tout à fait accessible à un public plus jeune. 
     
    Le seul point négatif et qui, finalement, a un peu douché mon enthousiasme, c’est que beaucoup de choses sont attendues. Cela casse le suspens. Surtout que l’on reste dans le sillage de la trame habituelle des romans fantastiques : pouvoirs extraordinaires, prophétie. L’exemple le plus frappant, c’est le « cliffhanger » final. Je mets des guillemets, car je savais que cela allait arriver et du coup, je n’ai pas été surprise, alors que c’était censé être un moment fort. 
     
    Malgré ce petit reproche, j’ai eu un réel plaisir à lire ce livre qui m’a happé dès les premières pages. C’est sans hésiter que je lirai la suite ! 

  • Le réveil de Marie Pavlenko

    reveil.JPGJ’avais déjà entendu parler de ce livre, mais c’est grâce au Mois de sur Book en stock que j’ai eu l’occasion de le découvrir et je les en remercie. L’auteur est d’ailleurs en présentation actuellement sur leur site et je vous conseille fortement d’aller la rencontrer, elle est charmante. N’hésitez pas à lui poser vos questions ! 
     
    Dans ce premier opus, nous découvrons un monde à la fois proche du nôtre (l’action se passe aux environs de Paris) et où des éléments fantastiques se greffent petit à petit. Ici, point de vampires, de loup-garous ou même de démons, mais des Enkidars. On les assimile traditionnellement aux anges, car ils ont de grandes ailes, mais ce que je trouve intéressant c’est qu'ils n’en sont pas. Ils se séparent en deux clans, les Faucheurs et les Gardiens. Et même si certains de leurs pouvoirs ressemblent fort à ce que l’on attend effectivement des anges, ils s’en éloignent tout de même suffisamment pour avoir leur propre originalité. 
     
    Leur univers est encore très secret mais promet d’être captivant. C’est petit à petit que Marie Pavlenko nous le présente. Elle prend son temps pour le poser, ainsi que ses personnages. Cependant, à aucun moment elle ne lâche son lecteur, l’histoire est rythmée entre la vie d’une jeune fille ordinaire (lycée, sorties, flirt) et celle d’une jeune fille qui se découvre un destin extraordinaire (apprentissage de ses pouvoirs et de sa culture, combats). Elle a su le rendre très prenant dès le début, en n’hésitant pas à y insérer une certaine tension.