Coffret : La littérature française du Moyen-Âge au XVIIe siècle, Michel Butor

litterature(fancaise-moyen-age-butor.JPGMichel Butor commence par une introduction sur l’origine du découpage de la littérature par siècle. Selon l’auteur, il est impossible d’étudier une littérature de manière isolée, notamment la littérature française, car elle est perpétuellement en contact avec des littératures étrangères. La littérature française fait partie d’un « tout », entre la culture antique du passé et la culture européenne qui lui est contemporaine.

Le Moyen-Âge n’est pas vraiment perçu dans ce découpage par siècle, c’est un mouvement continu, bien que l’époque ait connu de nombreux bouleversements. Avant le XVIe siècle, il y avait un problème de langue et de traduction, car le Français moderne n’existait pas encore. Le livre d'histoire du Moyen-Âge est un récit en vers situé dans l’Antiquité ou dans le monde  celtique, avec les Chevaliers de la Table Ronde ou la quête de Graal. La production poétique de l’époque est énorme et est très liée à la musique.(Guillaume de Machaut). Au XVIe siècle, les textes sont également émaillés de citations latines et grecques. Le plurilinguisme est notamment utilisé par deux grands auteurs français : Montaigne et Rabelais.

Dans l’anthologie qui accompagne le coffret, Michel Butor a choisi des textes de Rabelais, Montaigne ou Ronsard. Alors que la lecture des premiers extraits est impossible sans les notes qui les accompagnent, le lecteur voit l’évolution de la langue en seulement un siècle, lorsque les écrits choisis par l’auteur se rapprochent beaucoup de la langue française telle que nous la parlons de nos jours.

Le XVIIe siècle est un siècle classique, les auteurs et artistes ayant été pris comme modèles au XVIIIe et XIXe. Le roman se développe avec deux sortes de textes : des histoires d’amour dans une campagne bucolique, et des histoires de bandits et de crime.

La deuxième moitié du siècle est caractérisée par une inquiétude générale du fait des guerres religieuses, des changements mondiaux… et pour assurer une certaine stabilité politique, le Cardinal de Richelieu va imposer le français au peuple pour mieux les gouverner. Talleyrand va avoir un rôle prépondérant dans les affaires du royaume.  L’Académie Française est créée pour unifier le langage et créer dictionnaire et grammaire. Michel Butor évoque ensuite Louis XIV, à qui les écrivains vont s’efforcer de plaire… sauf un, qui va garder sa liberté : La Fontaine.

Pour ce siècle de littérature, l’auteur a sélectionné différents extraits, des Mille et Une Nuits à de Fontenelle avec ses Entretiens sur la pluralité des mondes, en passant par La Princesse de Clèves et le théâtre de Racine.

Difficile exercice que de vous parler de ces CD sans tout raconter, tant le discours de Michel Butor est passionnant. D’une voix calme et douce, il donne un cours que tout le monde peut comprendre, car il prend soin d’expliquer, non seulement les caractéristiques de la littérature, mais aussi celles de l’époque. L’auteur place la littérature dans son contexte, ce qui permet d’avoir une vue d’ensemble initiale qui aide ensuite le lecteur – l’écouteur -à mieux ensuite comprendre les détails de l’évolution de la littérature.

C’est génial, c’est super. La littérature du Moyen-Âge au XVIIe ne parle pas à tout le monde – en tout cas, pas à moi, mais j’ai pris énormément de plaisir à apprendre les origines de notre culture littéraire. J’attends avec impatience de démarrer le XVIIIe et le XIXe, que les gens connaissent généralement un peu mieux !

Petite histoire de la littérature française, de Michel Butor, éditions Carnets Nord, 1 livre de 146 pages + 1 DVD + 6 CD audio

Les commentaires sont fermés.