• chronique du roman l'héritage des templiers de Steve Berry et Françoise Smith

    J'ai commencé mon aventure avec Cotton Malone et ce fut une aventure passionnante et sauvage. Je veux dire que dès le départ, nous avons été plongés dans une action lourde sans trop savoir pourquoi. Nous sommes cependant présentés à notre personnage principal de Cotton Malone, mais cette histoire n'est pas seulement racontée de son point de vue. Elle est également racontée par quelques autres personnes, dont le méchant principal, un personnage connu sous le nom de Sénéchal, et parfois par l'ancienne patronne de Cotton, Stéphanie Nelle.

    Dans l'héritage des templiers Cotton a donc travaillé pour le ministère de la Justice jusqu'à ce qu'un incident le pousse à prendre une retraite anticipée. L'histoire elle-même reprend un an plus tard où Cotton vit à Copenhague comme une sorte d'antiquité du livre. Un jour, il reçoit un appel de son ancienne patronne Stéphanie lui annonçant qu'elle sera dans la région, et c'est de là que tout part. Cotton était un personnage vraiment génial à suivre. Je suis intrigué par sa personnalité générale et je veux en savoir plus sur lui. Stéphanie était un bon personnage, je l'aimais bien mais elle aurait certainement pu être un peu plus étoffée. Ce livre s'intéresse beaucoup à son passé, mais j'ai été plus intrigué par tout ce qui se passe. Le personnage qui m'a le plus frappé était en fait le méchant de l'histoire. Son dynamisme, sa ténacité, les lignes qu'il était prêt à franchir ont été très très bien exécutées. Surtout avec ce livre qui se concentre beaucoup sur les Templiers et bien sûr sur la vérité qui se cache derrière eux.

     

    L'héritage des templiers a fait un travail fantastique avec le mystère général et a vraiment tenu le lecteur en haleine. Je sais que j'étais pour la quasi-totalité du livre. Je pense que la seule chose dont j'ai eu un peu de mal à m'y retrouver, c'est que l'histoire atteignait presque les 75 % et que le mystère est devenu très pauvre en informations, ce que je comprenais parfaitement, mais c'était parfois assez répétitif. Vers la fin du livre, il y a eu une révélation que je n'ai pas particulièrement ressentie comme nécessaire, mais qui était mineure.

     

    L’héritage des Templiers, de Steve Berry et Françoise Smith, Le Cherche Midi, 2007