• Avis sur la BD : Célébritiz de Lewis Trondheim et Ville Ranta

    Titre débile, sujet étrange et dessin franchement passable : à première vue, 'Célébritiz' est l'une des pires BD qui soient. Le dessinateur a notamment un grave problème avec les nez, celui du héros ressemblant parfaitement à... une main.

    Mais il suffit de lire la première phrase pour qu'un sourire s'installe sur nos lèvres. Le dessin naïf prend toute sa saveur, soutenu par une narration premier degré, répétitive, idiote, bref : délicieuse. Michel Canard prend une pilule et le voilà star. Ce point de départ simple est parfaitement exploité dans un scénario complètement barré qui part dans tous les sens, où les conséquences tirées par les cheveux de la vie insignifiante de Michel Canard - il va jusqu'à provoquer des guerres ! - sont d'une folie désopilante.

    Devenir une star, c'est bien, mais c'est mieux si cela permet de coucher avec des femmes et de se faire de l'argent. Michel/Mickael l'a bien compris, mais, en bon raté qu'il est, ses rares bonnes idées se retournent vite contre lui. Son esprit volatile et ses remarques terre-à-terre déclenchent immanquablement l'hilarité du lecteur. On sent que les auteurs s'amusent, et c'est contagieux. Derrière cette apparence absurde et humoristique se cache en plus une amusante parodie de la célébrité et de l'hypocrisie qu'elle engendre. Comme le remarque si bien Michel Canard, ce n'est pas ce qu'il dit qui compte mais qui le dit, le Michel inconnu et transparent ou le Mickael bêtement admiré.

    Comme toujours avec Trondheim, c'est fin et désopilant. Un album très malin, d'une fantaisie rare.

    Célébritiz de Lewis Trondheim et Ville Ranta, Editeur : Dargaud, Publication 2006